Les amis de Clermont-le-Fort

Accueil du site > Vie associative > Pèlerinage à Notre-Dame des Bois, 6 mai 2012

A l’oratoire pour le 6 mai 2012

Pèlerinage à Notre-Dame des Bois, 6 mai 2012

Invitation au pèlerinage

lundi 23 avril 2012, par Geneviève DURAND-SENDRAIL

Le secteur paroissial de Lacroix-Falgarde se réunira à l’oratoire de Notre-Dame des Bois pour le pèlerinage annuel.

Le pèlerinage à Notre-Dame des Bois de Clermont Qu’est-ce qu’un pèlerinage ? « Une démarche personnelle ou collective que font les fidèles vers un lieu saint pour des motivations religieuses et dans un esprit de foi ». En réfléchissant à cette définition, je me suis demandé si le modeste oratoire du Bonnetier pouvait être un lieu de dévotion qui attire encore les groupes de pèlerins.

Il est sûr qu’il l’a été. Certainement au XIVe siècle, dans ce temps de misère de la guerre de Cent ans où sévissaient la famine, la peste, les bandes armées de pillards, temps auxquels remontent les premiers témoignages écrits de dévotion et qui a dû voir la construction d’une chapelle sur les lieux mêmes où la statue aurait été découverte miraculeusement. Il l’a été au XVIIe siècle quand les seigneurs de Clermont, qui étaient patrons du sanctuaire, s’efforçaient d’installer sur place des religieux pour accueillir à tout moment des fidèles. Certes, les pèlerinages donnaient lieu à des réjouissances profanes. A la fin du XVIIIe siècle, un archevêque de Toulouse décréta leur interdiction. Mais les populations y étaient si attachées que le vent de la liberté de 1789 les incita à réclamer leur rétablissement. Ce ne sont pas les Clermontois qui ont démoli la chapelle. En 1793, ils ont caché la statue, récupéré les cloches et boudé les enchères où finirent par être vendus les bâtiments et les terres. Les curés du XIX° siècle ont réorganisé les pèlerinages vers l’église du village où la statue avait trouvé sa place. Ceux du XXe siècle ont maintenu la tradition : un livre, des cantiques ont été composés.

Au XXIe siècle, on ne vient plus à pied, d’Auragne, d’Issus, de Venerque, d’Espanès, ni du Vernet, les paroissiens marchant derrière leurs bannières comme les représentent les médaillons de l’église de Clermont. Même les paroissiens d’Auréville et Goyrans qui avaient leur jour attitré de pèlerinage, même les habitants de Clermont sont peu nombreux à se souvenir de la tradition. Des paroissiens ont proposé de retrouver la signification d’un pèlerinage en organisant une vraie longue marche de l’église vers le sanctuaire. Mais on y a renoncé cette année pour ne pas exclure ceux pour qui c’est physiquement impossible. L’Equipe d’Animation Paroissiale invite donc tous les paroissiens du secteur à une toute petite marche. Au milieu de la nature exubérante en cette saison, la procession s’arrêtera pour bénir les cultures comme c’était l’usage dans les processions des Rogations, et les enfants animeront la messe à l’oratoire, toujours magnifiquement fleuri par des mains dévouées.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP