Les amis de Clermont-le-Fort

Accueil du site > Vie associative > Simon Laguens

Simon Laguens

vendredi 9 septembre 2011, par Geneviève DURAND-SENDRAIL


Simon Laguens (1927-2011)

Clermont a perdu cette année deux figures importantes pour le village : après Pierre Vié, Simon Laguens nous a quittés. Pierre Vié était notre archéologue, Simon était l’artiste, musicien, comédien, linguiste…Tous deux étaient capables de transmettre la mémoire de Clermont et de la vie rurale en général. Agriculteurs, ils avaient vu labourer avec les bœufs avant d’utiliser les tracteurs qui, creusant plus profond, leur révélèrent maints vestiges cachés. Simon savait comment les siens avaient cultivé leurs terres depuis des générations, du temps où une de ses aïeules entendait des loups dans les bois du Bonnetier…. Simon fut l’un des « passeurs de mémoire » dont le témoignage est recueilli dans le livre « Paroles d’anciens, d’ici et d’ailleurs » publié en 2009 par le Foyer rural d’Auréville. Comme son père, en tant que premier adjoint, Simon a participé de 1977 à 1983 à l’administration de la commune.

Les hommages rendus à Simon le jour des obsèques et dans la presse témoignent de la diversité de ses talents, mieux connus à l’extérieur qu’à Clermont même. En jouant de divers instruments (clarinette, hautbois ancien, saxo), il avait animé les fêtes pendant des années. Il était devenu conteur et comédien. Dans la troupe du Foyer rural d’Auréville, il était un des acteurs principaux, « le monsieur qui nous faisait tant rire au théâtre » comme l’a défini Andrée Saleil dans son émouvant hommage le jour des obsèques. Le répertoire du Foyer d’Auréville était varié, en français comme en occitan, et incluait d’authentiques créations telles que « Jean-Baptiste », pièce mettant en scène J.B Noulet. La pratique de l’occitan lui avait donné la passion des langues qu’il apprenait pour le plaisir, comparant les variations du vocabulaire dans les langues latines…

Depuis quelque trente ans, la Comèdia Occitana Tolzana avait accueilli Simon comme membre, puis comme président. Sa compétence dans la langue occitane lui permettait aussi bien de réciter les vers de Goudouli, le grand poète toulousain du XVIIe siècle (CD disponible à l’Ostal d’Occitanie), que de jouer dans les films de Francis Fourcou, (Le pays sous l’écorce), Jean Fléchet (L’Orsalher), Jacques Mitsch (Un jour de chasse)…Ses amis du théâtre ont voulu que sa sortie soit saluée par des applaudissements et c’est par des bravos que s’est terminée la messe des funérailles.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP